preux


preux

preux [ prø ] adj. m. et n. m.
preu XIIe; prod 1080; bas lat. prode, de prodesse « être utile »
Vx (langue de la chevalerie) Brave, vaillant. « Roland est preux et Olivier sage » (Bédier; trad. « chanson de Roland »). Un preux chevalier. N. m. Charlemagne et ses preux. ⊗ CONTR. Lâche.

preux adjectif masculin (bas latin prodis, de prodesse, être utile) Littéraire. Qui est d'une vaillance héroïque : Un preux chevalier.preux nom masculin Au Moyen Âge, héros pourvu de toutes les qualités chevaleresques.

preux, preuse
adj. et n. Vx D'une grande bravoure. Un preux chevalier.
Subst. Jeanne d'Arc était une preuse.

⇒PREUX, subst. masc. et adj.
I.Subst. masc.
A. —[Dans la lang. de la chevalerie] Héros faisant preuve de qualités chevaleresques, en particulier de bravoure. Les anciens preux; les preux des anciens temps; les douze preux d'Arthur; Charlemagne et ses preux; race de preux. La fleur des chevaliers, Roland de France, [le] preux, qui défendit l'orphelin et mourut pour sa patrie (CHATEAUBR., Génie, t.2, 1803, p.379). Le duc Louis (...) offrait un (...) parfait modèle du preux chrétien (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p.39):
1. Vers le XIVe siècle, on s'avisa de dresser une liste, qu'on arrêta au chiffre de neuf, des preux [it. ds le texte] les plus renommés de tous les temps: trois furent empruntés à l'antiquité biblique (Josué, David, Judas Macchabée), trois à l'antiquité profane (Hector, Alexandre, César), trois au moyen âge légendaire ou historique (Artus, Charlemagne, Godefroi de Bouillon).
Nouv. Lar. ill. 1904.
B.P. ext., littér. Brave (v. ce mot II A). Napoléon et ses preux. On dit que, de nos jours, viennent, versant des larmes, Prier au champ fatal où ces preux sont tombés [les émigrés de Quiberon], Les vierges, les soldats fiers de leurs jeunes armes (HUGO, Odes et ball., 1828, p.68). Le 9 août, il [Wiszniowiecki] expirait, pleuré par toute l'armée qui l'admirait comme le champion de la république et le modèle des preux (MÉRIMÉE, Cosaques d'autrefois, 1865, p.195).
P. iron. [Pour désigner un homme qui croit avoir, à qui on attribue une grande valeur] Ce grand preux de pédanterie [Scaliger], et vous les beaux esprits du salon de Madame de Lambert (...), vous êtes exactement d'accord et à l'unisson sur un point essentiel (SAINTE-BEUVE, Virgile, 1857, p.297). Colette (...) venait dire bonsoir à son héros, son preux, son homme de génie (A. DAUDET, Rois en exil, 1879, pp.304-305):
2. Soit dit sans offenser ce preux de haute race [M. de Charlus], (...) il est tout simplement prodigieux quand il commente son catéchisme satanique avec une verve un tantinet charentonesque...
PROUST, Prisonn., 1922, p.328.
II.Adj. [Dans la lang. de la chevalerie] Pourvu des qualités chevaleresques; en partic., plein de bravoure. Le preux Charlemagne; preux et hardi. Parmi les nobles chevaliers de la cour de France, le preux Dunois s'empresse le premier à demander à Jeanne d'Arc de l'épouser (STAËL, Allemagne, t.2, 1810, p.361). Lohengrin, le preux chevalier, fils de Parsifal (DUMESNIL, Hist. théâtre lyr., 1953, p.141):
3. Dans (...) la Chanson de Roland, on a remarqué la pauvreté de la psychologie, qui revient à peu près toute à dire que Roland est preux et qu'Olivier est sage...
BENDA, Fr. byz., 1945, p.167.
REM. Preuse, subst. fém. Les neuf preuses. ,,Nom donné dans le Moyen Âge à neuf femmes guerrières, Tammaris, reine d'Égypte, Deifemme, Lampredo, Hippolyte, reine des Amazones, Sémiramis, Pentésilée, Tancqua, Deisille et Ménélippe`` (LITTRÉ). N'avez-vous pas vu à Pierrefonds la cheminée des neuf preuses que Viollet-le-Duc a restituée (...)? Penthésilée (...) y figure avec une héroïque élégance (A. FRANCE, Vie littér., 1890, p.355).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. preu. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 «bon, vaillant» adj. (Roland, éd. J. Bédier, 1093: Rollant est proz e Oliver est sage); id. subst. (ibid., 1209: Il [Carles] fist que proz qu'il nus laisad as porz); cf. MOIGNET, p.159; ca 1382 [les] neuf preux (JEAN CUVELIER, Chron. de B. Du Guesclin, éd. E. Charrière, 18506: Ou nombre des IX. preux Deveroit estre mis [Bertran]). De l'adj. lat. vulg. prode «utile, profitable» (v. prou), avec spécialisation de sens dans la lang. de la chevalerie. Fréq. abs. littér.:130. Bbg. BOYSEN (A. L.). Über den Begriff preu im Frz. Münster, 1941, 95 p.— BRUCKER (Ch.). Sage et son réseau lex. en anc. fr. Lille-Paris, 1976, p.154, 169, 212, 233; pp.928-954. — ROSSI (M.). Sur le Huon de Bordeaux de Tressan. In: [Mél. Lanly (A.)]. Nancy, 1980, p.322. — SPITZER (L.). Joinville étymologiste. Mod. Lang. Notes. 1947, t.62, pp.505-514. — VENCKELEER (Th.). Rollant li Proz. Lille-Paris, 1975, pp.356-391.

preux [pʀø] adj. m. et n. m.
ÉTYM. XIVe; pru(z), 1080; prou, fin XIe; preu, v. 1175; bas lat. prode, du v. prodesse « être utile ».
Vx., ou archaïsme évoquant le moyen âge. (Dans la langue de la chevalerie). Brave, vaillant. 2. Gentil. || Un preux chevalier.N. m. || Charlemagne et ses preux (→ aussi Armure, cit. 2; histoire, cit. 13). || Les neuf preux.On a dit preuse, n. f.
1 On ne voit plus les preux se ruer aux exploits
Comme des tourbillons d'âmes impétueuses (…)
Hugo, la Légende des siècles, XXI, « La paternité ».
2 Roland est preux et Olivier sage.
J. Bédier, la Chanson de Roland, LXXXVII.
CONTR. Lâche.
DÉR. Prouesse, prude.
COMP. V. Prud'homme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • preux — PREUX. adj. Brave, vaillant. C estoit un preux & hardy chevalier. Il est aussi substantif. Les neuf preux. Il est vieux …   Dictionnaire de l'Académie française

  • preux — Preux, voyez Preu …   Thresor de la langue françoyse

  • preux — (preû) adj. m. Vaillant, brave. •   On ne peut se faire un plus beau et un plus juste panégyrique, mon cousin, que celui que vous faites de votre preux et de votre généreux ami feu le duc de Saint Aignan, SÉV. 17 juin 1687. •   Moi, répondit… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PREUX — adj. m. Brave, vaillant. Il n est usité que dans ces phrases : C est un preux chevalier. C était un preux et hardi chevalier.   Il est aussi substantif. Les neuf preux. C est un preux. Un ancien preux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PREUX — adj. m. Qui est brave, vaillant. Il n’est guère usité que dans le style élevé. C’est un preux chevalier. C’était un preux et hardi chevalier. Il s’emploie aussi comme nom. Les neuf preux. Les anciens preux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Preux — Paladin Pour les articles homonymes, voir Paladin (homonymie). Le paladin est un chevalier ayant atteint l un des plus hauts grades et qui faisait partie d un ordre religieux, porteur du pouvoir sacré de la foi. Néanmoins ce terme a subi une… …   Wikipédia en Français

  • preux — lépreux preux …   Dictionnaire des rimes

  • Preux — Prowesscourage and success. To be considered ‘preudomme’, a man of prowess, was considered to be one of the highest compliments possible for a medieval knight. ‘Soix Preux!’ was frequently the admonition given to new knights as they were to go… …   Medieval glossary

  • preux — ˈprə̄ adjective Etymology: French, from Old French prod, prud, prous good, capable, valiant more at proud : chivalrous, gallant while one wants on all occasions to do the preux thing P.G.Wodehouse …   Useful english dictionary

  • Preux — Proud. A word 11c Norman aristocrats applied to themselves as they sought to become recognised as natives of Normandy assimilated into the wider world of Franks and not as new incomers or descendants of Vikings. Cf. Chevalier; Prowess …   Dictionary of Medieval Terms and Phrases